featured article picture

La Régalade 14ème – une nouvelle ère

Par Daley Brennan

J’ai découvert la cuisine d’Ollie Clarke il y a quatre ans lorsqu’il était chef de cuisine chez Fish-La Boissonnerie, adresse phare à Saint-Germain-des-Prés (75006). Souvent je dinais au comptoir. Pourquoi pas ? C’était pratique : le restaurant ne se trouve pas très loin de mes anciennes adresses professionnelle et personnelle et il proposait une bonne sélection de vins au verre et à la carte. Je ne cherchais pas plus que cela. Le buveur que vous lisez, certes, a été d’abord séduit par la proposition vinicole. Il ne fallait toutefois compter seulement qu’un ou deux repas au comptoir pour que ce même buveur soit également séduit par la cuisine.

Ollie et sa compagnonne, Julie, ont repris une autre adresse phare en avril de cette année : La Régalade. Connue comme « l’inventeur de la bistronomie », il est à cette adresse où l’on trouvait jadis Stéphane Jégo, Yves Cambdeborde et Bruno Doucet. Quel héritage !

Mais quel héritier, aussi ! Ollie sait composer les plats de façon très distinctive. Il travaille souvent des amers ; il assemble des produits inattendus ; il réfléchit aux desserts pendant que l’entrée se prépare. Souvent, chez La Régalade, j’apprends quelque chose. Je n’aurais jamais imaginé qu’on aurait pu faire un accord entre des tomates et de la basilique qui soit si bien réalisé que j’aurais envie de ne manger que ça. Je suis carnivore, quand même ! Je devais savoir ce que c’était donc j’ai posé la question au chef. La réponse ne surprend pas. Il suffit d’acheter des produits de la plus haute qualité.

Et voilà tout ce qu’il faut comprendre chez La Régalade. Il y a une histoire, certes, et Ollie en reprend les meilleures parties. Or il y va plus loin. Si l’on mange chez La Régalade, on peut être sûr de manger un bon repas dans les bonnes traditions françaises. Et on peut aussi s’assurer qu’il y aura un détournement au moment où l’on ne s’y attend pas qui surprend, qui déroute et qui plait !

J’ai failli oublier : le vin. La carte des vins est en pleine évolution. On y retrouve des domaines déjà bien établis (Domaine Tempier, Jean-Claude Marsanne, Emmanuel Reynaud) et – et ce surtout au verre – de petits producteurs de la France et de l’étranger. Récemment j’y ai gouté un pétillant du Portugal, par exemple, et j’ai enchainé avec un Pontet-Canet 2008.

Comme j’emménage dans le quartier, nous risquons de nous y croiser très souvent. Dans le peu de temps depuis la reprise La Régalade renaît. Ollie Clarke réussit à associer le meilleur du passé et de l’avenir. Je vous conseille vivement une visite. Chaque fois que j’y vais, je me régale.

Ah mince. Je me suis promis que je n’allais pas me servir de celui-là !

Daley.

 

Entrée + Plat + Dessert = 37€
Ouvert du lundi au vendredi au déjeuner et au diner. Fermé le week-end.
49 avenue Jean Moulin, 75014 Paris.

Click here for this article in English.

Récents